Menu

 

Suivez-nous sur les réseaux :

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter !

Graphisme et cinéma

Quand le graphisme devient acteur.

Depuis la nouvelle vague, on considère trop souvent que la qualité d’un film est uniquement lié à son réalisateur. Pourtant le cinéma comme son ancêtre l’opéra, a la dimension pour rassembler de nombreuses et diverses compétences : l’écriture, la production, le cadrage, la lumière, le montage, le talent des acteurs,…

Et au milieu de tout ça, il y a également… des graphistes !

Certains leur donnent une place remarquable : le design participe alors à donner le ton et l’identité d’un film.

Prenons l’exemple du réalisateur Wes Anderson qui a fait travailler Annie Atkins sur différents films comme Grand Budapest Hotel ou encore Isle of Dogs actuellement dans les salles. Le réalisateur n’hésite pas à filmer les éléments de design en gros plan et plus uniquement comme décor de fond. Le design devient alors acteur à part entière.

Le cinéma fait également la part belle aux typographes avec par exemple le traitement graphique du générique et du titre du film Moonrise Kingdom, réalisé par Jessica Hische, donnant une ambiance unique à l’histoire.

De même, le design peut soutenir le propos d’un film : Fanette Mellier a réalisé la typographie du film Jacky au Royaume des filles de Riad Sattouf.

« Les lettres sont inspirées de certaines écritures non latines (grec, russe…). […] L’idée était d’insuffler de l’étrangeté dans certaines lettres, afin que les mots paraissent « non-familiers » (tout en restant lisibles) ».

 

Ancienne figure de l’ombre, le design mérite désormais qu’on lui déroule le tapis rouge.

 

Annie Atkins : Isle of Dogs

 

Annie Atkins : Grand Budapest Hotel

 

Jessica Hische : Moonrise Kingdom

 

Fanette Mellier : Jacky au royaume des filles